Module d’évaluation du risque environnemental



Pratique - Implémentation

Le processus de gestion du risque et danger peut être un exercice technique linéaire, c’est à dire essentiellement une approche scientifique, ou il peut être réalisé par le cycle de gestion du risque impliquant une évaluation régulière de la perception du risque.

Kay et Alder (1999) ont illustré l’approche linéaire en utilisant l’exemple de la prévention du risque appliquée au transport des matières dangereuses vers les ports de la Grande Bretagne. Mais en déterminer le niveau de tolérance du risque pour la société, plutôt que pour seulement une organisation ou un secteur tel que dans l’exemple, est difficile parce que ça demande non seulement une évaluation scientifique et technique mais aussi des considérations économiques et éthiques. Ceci nécessite la communication entre différents groupes et intérêts. Le cycle de gestion du risque comporte la perception du risque et la communication du risque. L’utilisation de cette approche nécessite d’impliquer très tôt l’opinion et d’avoir constamment des remarques. Ainsi, par exemple travailler sur les impacts d’une tempête brusque sur la communauté côtière, nécessite à côté de toute évaluation de la capacité de résistance des formes du relief côtier, d’avoir le point de vue de ceux qui sont affectés directement ou indirectement par le phénomène.

Les actions d’atténuation doivent alors être considérées là ou les risques et dangers ont été identifiés comme intolérables. De tels risques doivent être évités, réduits et/ou acceptés (tolérables malgré les conséquences possibles). La gestion du risque de l’érosion côtière, par exemple, a été incluse dans la planification du trait de côte entreprise pour l’Angleterre et le pays de Galles.

 

 

BackForward