Principes de la GIZC

 

 

Le sous-système infrastructure

La notion d’infrastructure a différentes connotations. Elle se réfère à des éléments physiques, comme les routes, les ponts, les mûrs de défense contre la mer, les épis ou les brise- lames, mais aussi à des structures institutionnelles (arrangements institutionnels).    

L’infrastructure physique

Vu leur impact sur le système naturel et leur coût, les structures côtières sont normalement importantes dans les études de gestion de la zone côtière. Selon leur effet sur le système côtier, ces trois catégories de structure côtières doivent être identifiées:

  • Les structures intégrées aux processus naturels. Elles consistent souvent en des matériaux naturels comme le sable et le gravier. Ces matériaux sont utilisés comme tampon pour protéger les zones côtières de l’érosion. Des exemples de telles structures, les dunes artificielles, les bancs de sables artificiels et l’alimentation artificielle des plages. Ces structures sont en phase, ou participent, avec les processus hydrodynamiques et sédimentaires.
  • Les structures defensives, qui sont composées de matériaux plus résistants tels que l’argile et les roches ou d’élements artificiels comme le béton. Ils sont utilisés pour consolider la position actuelle de la ligne de côte et de la protéger dans l’éventualité de vagues et marées extrêmes. Les digues et revêtements dunaires en sont des exemples.Dans des conditions extêmes, ces structures n’interfèrent normalement pas avec les processus naturels. Dans ce cas, leurs fonctions protectrices commencent à affecter les processus côtiers.
  • Les structures offensives sont conçues pour s’opposer activement à la force marine, dans le but d’améliorer les conditions de certaines ou de toutes les activités côtières. Elles sonsistent en des dispositifs construits pour pouvoir résister aux forces de la nature. Exemples les brise – lames et les épis. Evidemment, ce type de structure a un grand impact sur le système côtier.

 


A "sacrificial structure": a beach nourishment, Texel, Netherlands
 

L’infrastructure institutionnelle

Pour avoir un cadre efficace de gestion des zones côtières, un système de contrôle est nécessaire, pour formuler les objectifs de gestion , suivre l’ exécution des tâches de développement et prendre les mesures nécessaires à court ou à moyen terme. Quatre élémnets peuvent être identifiés à cet égard:

  • Le système politique, qui définit les objectifs à long terme de la gestion des zones côtière et les critères qui doivent être appliqués pour l’analyse des divers scénarios;
  • Le système legislatif, l’ensemble des conventions internationales, les lois nationales/ règlement locaux pour exécuter cette politique;
  • Le système financier, qui fournit les fonds nécessaires;
  • Le système executif, qui définit la portée des responsabilités pour toutes les activités en rapport avec la gestion des zones côtière.

Vu les différences de développement historiques, de cultures sociales et adminstratives et les différences de conditions finançières, chaque pays a développé un système de contrôle qui lui est propre. Puisque le système de contrôle est d’une importance capitale pour le succès de la gestion de la zone côtère, ces caractéristiques particulières et ses responsabilités doivent être connues par le gestionnaire de la zone côtière.

Quelqiues institutions financières....


Ministrère des Finances en Pologne

Ministère des Finances en Turquie

BackForward