Principes de la GIZC

 

 

Introduction

 

La particularité de la côte

Les hommes ont toujours préféré la zone côtière pour ce qu’elle recèle comme ressources. Ils ont été et sont toujours attirés par les terres fertiles des plaines côtières, par l’abondance des ressources marines, par la facilité d’accès aux marchés internationaux. Pour de nombreuses économies nationales, la zone côtière est fondamentale, parce que y sont concentrées de nombreuses activités économiques et sociales avec l’impact que cela engendre. Dans l’avenir, la zone côtière va connaître une plus grande importance, vu que de plus en plus de populations s’y installent.

La zone côtière est un système aux ressources et aux usages multiples. C’est un espace de ressources vivantes et non vivantes pour les activités humaines et elle assure une fonction de régulation pour l’environnement. Des organismes privés et publics utilisent les ressources naturelles pour leur existence (l’eau et les aliments), pour les activités économiques (l’espace, les ressources vivantes et non vivantes, l’énergie) et de récréation (plages et autres surfaces d’eau).
 


Sensibiliser

L’industrialisation, le développement du commerce et la forte pression due à l’accroissement de la population ont engendré une surexploitation des ressources en sol et en eau des zones côtières et ceci s’est traduit par une érosion plus intense, par des inondations, la pollution et une perte de zones humides.

La prise de conscience croissante sur les problèmes de ressources non-renouvelables, sur les problèmes de dégradation de l’environnement et ses conséquences sur l’espèce humaine, a déclenché de nombreuses études pour fournir des solutions à long terme. De telles études sont basées sur des concepts capables de formuler un guide pour les activités socio-économiques afin de garantir la conservation à long-terme des éléments vitaux du système environnemental.

En 1972, le rapport du Club de Rome a pour la première fois abordé ces problèmes d’une manière systématique et consistante donnant lieu au célèbre ouvrage “les limites de la croissance” (Donnela72), et plus tard “Au delà des limites” (Donnela92). La réponse politique à ce défi a été formulée en 1987 par la commission mondiale sur l’environnement et le développement appelé le rapport Brundtland “ Notre avenir commun” (WCED, 1987). Le concept de développement durable a ainsi été introduit, commme moyen pour garantir des conditions de vies acceptables pour le présent et pour les générations futures.

 


Un consensus pour l’avenir

Il est maintenant largement admis que le développement de la zone côtière doit être basé sur la compréhension de ses propres processus, appuyé par des moyens technologiques conséquents et des capacités socio-économiques pour obtenir un équilibre acceptable entre les bénéfices que l’on tire à court terme et la conservation du capital à long terme. Ainsi, il y a un besoin urgent pour un développement contrôlé de cette zone. Les conflits entre les différents partenaires ou « usagers » deviennent de plus en plus manifestes. Ces conflits vont s’accentuer avec l’accroissement de la population et son corollaire l’utilisation des ressources. Il y a nécessité de définir une méthodologie commune qui sera utilisée pour décrire la complexité des interactions entre le système des ressource et ces utilisateurs potentiels. Il y a nécessité aussi de planifier et de contrôler ce processus d’une façon systématique et durable. Ce processus est appelé Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC).

 

Sur cette base de développement, l’Europe avec ses importantes zones côtières et ses diverses conditions naturelles, sociales et économiques, a commencé à travailer sur la GIZC en 1996. La Commission Européenne définit la GIZC comme  

“un processus continu d’administration dont le but est de mettre en pratique le développement durable et la conservation dans les zones côtières et de maintenir leur biodiversité. Pour cette fin, la GIZC, à travers une gestion plus efficace cherche à établir et à maintenir le meilleur usage des niveaux de développement et d’activité durable (utilisation) dans la zone côtière, et avec le temps, d’améliorer l’état physique de l’environnement côtier”. (source)

Les visions de la GIZC aux USA et en Europe diffèrent. Aux USA, la GIZC est concentrée sur la planification – en Europe sur l’intégration des fonctions des utilisateurs. (Pour en savoir plus)


Exercise

Quelle est l’approche(s) la plus appropriée pour les conflits de la GIZC?

 

 

Idée générale

Les questions que l’on se pose et les paragraphes correspondant aux réponses

  • Pourquoi la GIZC? Voir les sections urgences et avantages
  • Qu’est ce qui est géré? Voir les sections sur le système côtier
  • Qu’est ce qui est intégré et comment le fait-on? Voir les sections sur l’intégration et les dispositions
  • Comment faire cela dans la pratique? Voir les étapes de programme de mise en ouvre de la GIZC et les instruments d’accompagnement

Finalement, dans la conclusion un schéma détaillé est présenté, il contient les éléments discutés. A la fin, vous trouverez une liste de sources d’informations et un glossaire des termes utilisés..

 

BackForward