Principes de la GIZC

 

 

Méthodes, outils et Techniques

Les instruments politiques

Une fois les projets évalués et des décisions prises, la mise en œuvre commence. Elle doit être soutenue par des outils politiques. Ces derniers peuvent être complétés par des accords, pour lesquels sont motivées les différentes parties, pour atteindre des objectifs de protection de l’environnement. On peut classer les instruments politiques en deux grandes classes: réglementaire et économique. Le PNUE95 donne trois directives pour ces outils :

  • Ils doivent permettre des dispositifs incitatifs forts pour la réduction de la pollution et la conservation des ressources.
  • Ils doivent fonctionner de telle manière à ce que le pollueur supporte les coûts de la pollution et à travers cela le prix de la protection de l’environement devient interne, Ex: y compris dans le prix de produits.
  • Ces instruments doivent s’assurer que les usagers paient le prix approprié des ressources qu’ils utilisent.

Les outils de régulation

Les règlements déterminent ce qui est permis et ce qui ne l’est pas concernant l’occupation et les activités dans la zone côtière. Les règlements sont utilisés là ou il y a des insuffisances ou que les mécanismes ne sont pas clairs. Ex: vous ne pouvez pas construire de maison sur la plage, vous devez déposer vos déchets uniquement dans les décharges publiques réservées et la pêche recréative est permise à une distance minimale de 100m du rivage. Pour leur application les règlements doivent :

  • Etre utlisés de la manière la plus rentable et la plus avantageuse possible pour l’environnement. Réflechir sur les possibilités réglementaires et en choisir "le meilleur réglement"
  • Etre appliqués. Ce qui suppose un contrôle des sujets faisant l’objet du règlement. (A quel degré ils polluent ?) Dans le cas d’infraction le permis doit être retiré (fermer l’installation polluante) ou pénaliser par des amendes.

Le zonage est un outil de planification spatiale qui divise une aire géographique en plusieurs zones et désigne les usages particulier dechacune d’elles. Les zones peuvent être déterminées selon les risques naturels, ou selon leur vulnérabilité et en rapport avec plusieurs affectations qu’on peut en faire . L’exemple de la Turquie est décrit dans le texte ci-contre.

Les lignes arrières délimitent des zones parallèles à la côte dans lesquelles il n’est pas permis de construire ni maison, ni aucune autre construction. La ligne est définie en terme de distance du rivage à partir de la plage active ou des dunes.

Rédution et substitution
Des règlements sont nécessaires si la construction de certains édifices est indispensable pour une communauté ou une nation (Ex: des barrières contre la brusque remontée des eaux de tempête) et que les effets négatifs ne peuvent pas être exclus. Les effets négatifs doivent être atténués le plus possible et des ressources côtières de "substitution" doivent être créées. En définitive une autre zone ayant les mêmes ressources naturelles (ou de meilleures potentialités) que celle qui va être (en partie) perdue, doit être créée, ou restaurée, si elle est déjà dégradée.

Exemple de of zonnage : en Turquie


Citeé par Ozhan96: la loi défini la 'ligne de côte' et 'le rivage'.'La ligne de côte' : ' c’est la ligne le long de laquelle l’eau est en contact avec la terre , sur les rives des mers, des lacs naturels ou artificiels, des rivières, mis à part la période des inondations'.'le rivage' est la zone entre la ligne de côte et 'la limite supérieure de l’arrière côte’, qui est définie comme 'la limite naturelle de la plage de sable, de gravier, de pierres, rochers, marais, des zones humides ou des zones similaires qui sont créées par le mouvement de l’eau en direction de la terre à partir du ‘rivage’. [...] La 'bande côtière' doit avoir au minimum 100m de largeur horizontalement, à partir de la limite du rivage [voir].

 

Les outils économiques

En fait, ces outils permettent de faire payer les usagers pour l’utilisation des ressources côtières. Ils payeront davantage encore pour l’effet négatif qu’ils peuvent coccasionner sur les autres usagers. Par contre, dans certains cas, ils seront payés s’ils réduisent les effets négatifs. La technique de la tarification des ressources est de plus en plus utilisée : la tarification des ressources naturelles indique l’effet combiné de leur utilisation et de leur protection (environnementale). Ainsi, les usagers paient pour les ressources côtières. La forme de la tarification des ressources pourraît être:

  • Des prix de location de plan d’eau pour l’aquaculture, des taxes sur les effluents, des taxes administratives.
  • Des charges en rapport avec le développement de certaines activités fortement lucratives, dans les zones à environnement sensible (Ex: tourisme).

Dans certains cas, des gens peuvent décider d’offrir des subsides pour financer des mesures anti-pollution pour une activité particulière qui autrement doit s’arrêter. Par exemple, l’industrie lourde, elle fournit des emplois mais les bénéfices qu’elle génère sont bas, elle nécessite des subsides pour appliquer des mesures de contrôle de la pollution. .

 

BackForward