Principes de la GIZC

 

 

Urgences

 

Bien que la zone côtière ne couvre qu’une petite partie de la surface de la terre, c’est dans cette zone que la plupart des gens (population mondiale) vit et travaille. Conséquence, le système côtier est sous une pression continuelle et croissante. Les conflits d’intérêts qui surviennent conduisent, entre autre choses à:

  • Une perte de terre ayant une valeur économique
  • Une Perte de propriétés
  • Une Perte de terre ayant une valeur naturelle et visuelle
  • Une Perte d’espèces marines et terrestres
  • Une Perte de ressources historiques et archéologiques
  • Une Perte d’accès public à l’espace et aux ressources
  • Du Bruit et des encombrements
  • La Pollution de l’air

 

Question

Si nous parlons de la nécessité de la GIZC, pensez-vous que l’on fait allusion uniquement aux pays en développement?

 


Deux exemples de l’urgence en Roumanie

1. Les maisons de vacances – Petromar S.A.

Ces maisons de vacances sont situées sur une ‘flèche littorale’ de 200 à 250 m de large et de 2km de long. La plage adossée à des dunes de sables est considérée comme une des plus vulnérables à l’érosion dans la partie Sud de la côte Roumaine. Située entre le Lac Techirgiol, une vieille Lagune marine (à l’Ouest) et la mer (à l’Est) cette plage est une plage de sable fin avec avec une légère élévation de sa pente sous – marine. Une autoroute nationale qui relie la ville de Constanta au reste des centres de villégiature, est située sur ce couloir étroit. Des relevés topopgraphiques sur la plage en face de ces buildings a montré que la ligne de côte a reculé de 14 m en 2000 et que le stock de sédiments s’est réduit de 12.1 mètres cube par unité de largeur de la plage. Par conséquent, les maisons de vacances et même l’autoroute sont menacées de disparition dans un avenir proche.

La Construction de ces maisons de vacances, appartenant à Petromar S.A, a commencé en 1996 sur une zone considérée comme privée. Il paraît que tous les permis requis ont été obtenus , mais l’évaluation du risque d’érosion a été ignoré. En 1999, une violente tempête durant la saison hivernale, a conduit à un retrait de 10 m de la ligne de côte.

 

2. Cap Tuzla

L’image représente le phare à partir de Cap Tuzla, 30 km au Sud de Constanta. Cette partie Sud de la côte est érosive avec des falaises actives interrompues seulement en face des lagunes marines par des cordons sableux et des portions de plages en îles barrières. Les falaises actives, hautes de 35m, sont sujettes à l’érosion marine et aux écoulements (gravitationnels) de masse. La base de ces falaises consiste en des plaques calcaires Sarmatiens couvertes par des dépôts de lœss de différents âges. Lors des tempêtes, lorsque le niveau de la mer monte, les falaises reculent rapidement à cause des attaques de leur base par les vagues. C’est ainsi que des grottes apparaissent dans la partie basale et que le haut de ces falaises s’effondre, donnant des débris, ou les lœss, emportés ou lessivées par les vagues.

Même si ces plages et falaises sont gérées par la Compagnie Nationale Roumaine de l’eau depuis 1998, aucune action n’a été entreprise pour les protéger


Trois questions (problèmes) - clé

Trois facteurs qui augmentent la pression sur les ressources limitées peuvent être identifiés.

  • L’Accroissement de la population; depuis 1950 la population mondiale a plus que doublé (UN99). En outre, à peu près 50 à 70% de la population actuelle vit en zones côtières dont la plupart sont des zones à risques (IPCC93, graph).
  • Le développement économique; le développement des économies lié à l’accroissement de la population ajoute une demande supplémentaire sur les ressources et les zones côtières représentant un autre danger pour la durabilité de ces zones. Ceci se traduit par l’accumulation de contaminants, l’érosion, et le déclin rapide des habitats et ressources naturels.
  • Le changement climatique global ; Les recherches récentes, sont de plus de plus certaines que l’homme est en train d’influencer le climat, particulièrement par l’émission de gaz à effet de serre. Le dernier rapport de IPCC montre que les modèles contemporains prédisent une augmentation du niveau de la mer d’à peu près 0.15m les 50 prochaines années, et 0.4m en l’an 2100 (IPCC01, graph).Par conséquent il est clair que les demandes Sur les ressources et l’espace vont augmenter d’une façon exponentielle. Dès que les conflits entre l’utilisation des zones et ressources côtières deviennent omniprésents des compromis sont nécessaires entre le développement et la conservation. Souvent on se trouve devant un seul choix entre développement économique et conservation, bien que ces questions ne sont pas en conflit puisque la conservation va conduire à long-terme à des avantages économiques. Dans ces cas, la nécessité de la GIZC est d’éviter ou de minimiser la perte en ressources de valeur.

 

 

Illustration: données du PRB

L’accroissement de la population mondiale va surtout concerner les pays les moins développés. La population mondiale augmente anuellement de 83 millions. 99% de cette augmentation se fait dans les pays les moins dévelopés d’Afrique, d’Asie, d’Amérique Latine, des Caraïbes et de l’Océanie. selon les projections actuelles, en 2025 seulement trois pays développés vont rester parmi les pays les plus peuplés au monde, les Etats-Unis, la Russie et le Japon. Les Etats-Unis vont rester à la troisème place, mais la Russie va descendre de la 7e à la 9e place, le Japon aussi va descendre à la 11e place et l’Allemagne ne figurera plus dans les 50 premiers..


 

Question

Quelle est d’après vous la population actuelle de l’Europe et celle de 2050?
a) Actuellement: 0.7 milliard, en 2050: 1 milliard
b) Actuellement: 3 milliards, en 2050: 3 milliards
c) Actuellement: 3 milliards, en 2050: 1 milliard
d) Actuellement: 0.7 milliard, en 2050: 0.6 milliard



BackForward