Principes de la GIZC

Les zones côtières, milieu vulnérable, connaissent à travers le monde un accroissement de la population, une expansion du tourisme et une exploitation intensive des ressources marines. A cela il faut ajouter les risques naturels provoqués notamment par les changements climatiques. Les conflits d’intérêt y sont de plus en plus fréquents et l’utilisation durable des ressources naturelles et de l’environnement est compromise .
La GIZC est développée pour aider à la résolution de ces conflits : la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) est un processus continu dont le but est de mettre en œuvre le développement durable dans la zone côtière et de maintenir sa diversité. Les décisions qu’elle aura à appliquer servent les besoins des générations actuelles et futures. La GIZC a des avantages aussi bien pour l’environnement – réduit ou évite les dégâts environnementaux- que pour l’économie – bénéfices financiers à long terme.

Pour faciliter la GIZC deux problèmes essentiels sont identifiés.
1) les arrangements structurels et institutionnels (une structure administrative qui assure l’intégration horizontale et verticale de la gestion) , les arrangements législatifs (lois, conventions, décrets et normes pour rendre possible la gestion) , les arrangements financiers ( fonds nécessaire à l’application du processus) .
2) La fourniture de l’information, des méthodes, outils et techniques, à l’adresse du manager, nécessaires à la prise de décision.


Le programme GIZC est constitué de quatre phases : reconnaissance du problème (évaluation), planification (collecte des données, développement de politique et prise de décision) mise en œuvre (plan d’exécution, conduite, maintien et contrôle) et évaluation (bilan et perspectives). Ces phases forment un cheminement cyclique et itératif, plutôt qu’une évolution de type linéaire.