Module de planification

 

 

Pratique – Etude de cas

Actions concertées pour la gestion de la zone côtière de Strymonikos

Introduction
Les golfes de Strymonikos et Ierissos, appartiennent à quatre préfectures différentes (Kavala, Serres, Thessaloniki, Chalkidiki). Les préfectures de Kavala et Serres appartiennent à la région Est de la Macédoine et à Thrace, celles de Thessaloniki et Chalkidiki à la région centrale de la Macédoine, en Grèce.

L’aire du projet couvre 1076 km² dont 262 km² de terre et 813 km² de mer. La ligne de rivage est longue de 123 km. La population résidente est de 15360 hab., mais augmentent à plus de 150.000 en été.

La pollution et les dégâts environnementaux ont augmenté ces dernières années le tourisme est en croissance aussi. Les autorités sont conscientes de la nécessité de planifier. Cependant, la mise en oeuvre du développement durable bute à la juridiction complexe des différents corps administratifs impliqués dans le développement de la région, le morcellement dans l’utilisation de l’espace et la faiblesse de la conscience environnementale à tous les niveaux de la prise de décision.

Le but du projet est de démontrer les avantages de l’action coordonnée pour la conservation des zones côtières, par la promotion de la gestion concertée de la zone côtières de Strymonikos.


Vue du système estuarien de Strymon
(photo: Koutrakis E.)

Les principales questions
Les activités humaines de la région portent sur le tourisme de masse, les constructions non réglementées, les pêcheries, l’acquaculture, l’agriculture, la foresterie et l’extraction minière. Ces activités ne sont pas toujours pratiquées judicieusement conduisant à des problèmes environnementaux, tels que la pollution, la détérioration du paysage, qui deviendra plus sérieuse dans les prochaines décennies, à cause de l’augmentation attendue du nombre de touristes venant des pays de l’Europe de l’Est. Les activités minières à Chalkidiki sont aussi en train de changer et une industrie d’extraction de l’or est en train d’être créée dans la région, ajoutant des menaces additionnelles à l’environnement. L’autoroute de Egnatia qui reliera la mer d’Ionian avec l’Asie est actuellement en construction. Il faut enfin, prendre en considération les polluants transportés par la rivière Strymon des lignes de partage des eaux bulgares et grècques dans la golfe de Strymonikos.

Les principaux problèmes environnementaux de la région sont le manque de planification pour le développement urbain et le tourisme, l’élimination des eaux usées et des déchets domestiques, la dégradation des eaux de surface et souterraines, ainsi que les habitats naturels, la baisse des stocks de poisson et, enfin les intrusions de sels dans la rivière de Strymon.

Les principaux problèmes pour la mise en œuvre de la GIZC dans la région étaient:

  1. Le manque de données d’impacts sur l’environnement naturel, socio-économique et humain,
  2. Les juridictions complexes et conflictuelles des corps administratifs actuellement impliqués dans la gestion de la région
  3. le niveau insuffisant de conscience environnemental.

Analyse institutionnelle/des parties
Le cadre institutionnel de la GIZC :

Niveau national Ministère de l’environnement , de l’aménagement et des travaux publics
Ministère de l’agriculture
Niveau régional La région de Macédoïne Est et de Thrace
La région centrale de Macédoïne
Niveau local


Municipalités (Villes)
La préfecturede Kavala
La préfecture de Serres
La préfecture de Thessaloniki
La préfecture de Chalkidiki
Agios Georgios

Les problèmes rencontrés
Des problèmes dus à des juridictions (compétences) Complexes, se chevauchant et contradictoires (rôles et responsabilités) des organismes de gestion

 

Echantillons relatant l’abondance de poissons dans la région du système estuarien de la rivière Strymon (photo: Koutrakis E.)

Conception des mesures institutionnelles pour l’analyse et la planification
A côté du ministère de l’environnement, de l’aménagement et des travaux publics, les autres autorités qui influencent directement ou indirectement la formulation de la politique côtière sont les ministères de la marine marchande, de l’agriculture, du développement (industrie et tourisme), de l’économie nationale, de la défense, de l’intérieur, des finances et le ministère de la santé. Il n’y a pas de dispositions pour un mécanisme de coordination et d’arbitrage au niveau national, causant ainsi de nombreux problèmes. Bien que d’un point de vue législatif le potentiel existe pour mener une gestion intégrée de la côte, les structures administratives ne sont pas toujours à la hauteur d’une telle tâche.

Les problèmes rencontrés
La coopération et la coordination entre les administrationssectorielles et l’administration locale est une source de conflits multiples: l’industrie d’extraction (mines d’or)-le tourisme, le développement urbain-la conservation de la nature, le tourisme- la conservation de la nature, l’agriculture-la conservation de la nature, la pêche côtière- pêche pélagique.

Les principaux succès
Le comité directeur qui est formé de ces autorités ayant des compétences sur cette zone côtière, dont des administrations sectorielless

La gestion des conflits
La coopération et la coordination entre les administrationssectorielles et l’administration locale est une source de conflits multiples: l’industrie d’extraction (mines d’or)-le tourisme, le développement urbain-la conservation de la nature, -, l’agriculture-, la pêche côtière- pêche par chalutier-pélagique. Il y avait un effort pour dissiper les conflits par des réunions bilatérales avec la présence des décideurs et si besoin est par des études ponctuelles du problème par un expert. Toutefois après une étude minutieuse de la région (abiotique, biotique dans la partie terrestre et marine, des caractéristiques économiques, sociales, et administratives, etc) il est devenu plus facile de résoudre les problèmes et promouvoir les solutions "correctes".

La participation
L’objectif de la particpation était d’impliquer le plus possible de gens dans le processus de la GIZC

Les parties concernées par l’environnement et le développement économique ont été impliquées avec le grand groupe des parties qui se réunissent annuellement.

Les principales réalisations
Un schéma de coordination, impliquant les organismes responsables du projet de gestion de la zone (ministères, régions, préfectures, agences formellement impliquées), est établi, qui fixe les buts de protection et de gestion, décide des mesures prioritaires et coordonne leur mise en œuvre.

Ce groupe consiste en moins de 15 membres pour assurer une bonne coopération. Un groupe plus large de parties se réuni sur une base annuelle. Les rencontres sont organisées par le groupe de coordination qui proposa aussi les représentant des toutes les activités économiques et environnementales qui devraient être impliqués.

Le projet comprend des activités de sensibilisation environnementale, comme la publication et la distribution de matériel de sensibilisation, organisation de conférences sur la gestion concertée et durable des zones côtières, présentation du projet et des politiques de l’UE quant à l’utilisation durable des ressources de la zone côtière, le travail auprès des média, etc.

Problèmes rencontrés
Convaincre les décideurs de la nécessité d’un schéma de coordination pour la gestion

Conclusions
Un plan préliminaire de gestion, comprenant la description de la zone de projet a été préparé et distribué à toutes les parties impliquées, concernant les sites, les habitats et les espèces.

L’établissement d’un centre d’information.

Des propositions sont faites pour la zone et pour une mise en œuvre au niveau national.

Le comité directeur officieux a arrêté les rencontres par manque de cadre légal. Toutefois, pour assurer le fonctionnement du centre d’information, après la fin du projet, il a offert tous ses équipements aux autorités locales. Ses activités ont été poursuivies et l’attraction de visiteurs a apporté un revenu additionnel à la communauté.

Des efforts sont actuellement déployés pour garantir les mesures légales et de gestion pour assurer le suivi. Le comité directeur maintien le contact avec tous les groupes impliqués, les tient informés de ce qui se passe dans la région et avec la GIZC dans l’UE et essaie de trouver des fonds pour les problèmes qui apparaissent.

Pour avoir un suivi de projet un cadre légal de la GIZC est nécessaire, ainsi qu’un schéma de gestion légalement fixé et un plan complet de gestion.

Les leçons tirées
Une bonne connaissance des caractéristiques environnementales, économiques, sociales et administratives de la région à gérer est le premier pas capital dans la planification de la gestion intégrée et le développemnt durable, alors que la surveillance continue est nécessaire pour détecter les changements environnementaux. La coordination dans la forme d’une organisation légale de gestion est indispensable pour la mise en œuvre dela GIZC. Le partenariat entre plusieurs agences dans le comité directeur du projet de Strymonikos, est juste un exemple pour le bon fonctionnement d’un schéma d’une coordination de gestion, puisqu’il est officieux.Les insuffisances dans la législation vont constituer des obstacles importants dans la gestion concertée d’une région.

Il n’y a que le contrat légal, soit sous la forme d’une directive (ex: 92/43/EU, 79/409/EU) ou un engagement pour la mise en œuvre de conventions (ex: la convention de Barcelone), ou au niveau national qui peut promouvoir la gestion durable et la protection de l’environnement. Le centre d’information, qui a été créé dans la région, s’est avéré un outil précieux de support des actions de sensibilisation environnementale, de formation, de diffusion de l’information, et de promotion de la particpation du public et des autorités locales.

Pour plus d’information
Dr. Emmanuil KOUTRAKIS
FISHERIES RESEARCH INSTITUTE
National Agricultural Research Foundation
640 07 Nea Peramos, Kavala, Greece
Tel: +30 594 22691-3, Fax: +30 594 22222
Email: fri@otenet.gr, koutrman@otenet.gr

et

Dr. Thalia Lazaridou
GREEK BIOTOPE/WETLAND CENTRE
Goulandris Natural History Museum
14th Km Thessaloniki - Mihaniona
57001 Thermi, Thessaloniki, Greece
Tel: +30 31 473320, 473432, Fax: +30 31 475694 Email: thalia@ekby.gr

Back Forward