Module de planification

 

Concepts - Gestion des conflits

La Gestion des conflits est appelée le plus grand défi pour une gestion intégrée des zones côtières. Tout développement significatif d’une zone côtière qu’il soit pour le tourisme, les ports, l’acquaculture ou pour la résidence, va vraisemblablement empiéter sur les droits des autres et ainsi conduire à des conflits.

La priorité accordée à "la propriété des projets" et "à la participation des parties à toutes les phases du programme" est un facteur typique de succès pour tous les domaines de gestion intégrée des ressources et de l’environnement.

Les avantages de la gestion de conflits pourraient dépendre du type de projet et du type de conflit.Les conflits sont soit prééxistants (ils pourraient même être la première des problèmes de la GIZC) ou résultent d’interventions planifiées et/ou de développement de projets dans la zone côtière.La construction d’un important port maritime international va probablement déplacer d’autres usagers et la gestion de conflit ne sera pas en mesure d’atténuer significativement les conflits. D’un autre côté, le bon résultat de l’utilisation multiple de projets de zones côtières, où des objectifs de pêche, de tourisme et de protection de l’environnement pourraient être réalisés conjointement, dépend de l’efficacité de la gestion de conflit.

QUESTION 7

Laquelle de ces déclarations est correcte?  
 
La consultation de la communité ne joue pas un rôle important dans la gestion de conflits
La gestion de conflits doit être un élément explicite de la préparation de projet
La gestion de conflit n’est pas efficace durant la gestion de projet

Les conflits ne sont pas nécessairement négatifs. Le problème se pose sur la façon dont les conflits sont gérés. Ainsi, le but de la gestion de conflits n’est pas d’éviter les conflits, mais de mettre l’accent sur les capacités qui permettent aux gens d’exprimer leurs différences et résoudre leurs problèmes. Les conflits peuvent être réels ou naître en cas de mauvaise communication (Ex: ne pas se comprendre pour des raisons de perception différente du problème). Il est important de connaître la cause d’un conflit pour que l’on puisse utiliser la technique appropriée de gestion des conflits.

Les techniques de gestion de conflits peuvent être présentées sur une échelle de série d’initiatives. Cette échelle va de l’extrême, qui laisse l’initiative et l’autorité aux parties à implication de plus en plus grande et éventuellement d’interventions de tierces parties qui fournissent une assistance. Une représentation de cette échelle est donnée dans la figure 2-4.

 

 



A
C
B
Bâtir le consensus Assistance pour bâtir des relations Assistance procédurale Assistance substantive Assistance consultative non contractuelle Assistance contractuelle

Figure 2-4 A Une représentation de l’échelle des différentes techniques de gestion des conflits

La participation de parties tierces pour assistance augmente du point A au point B. Au point C le pouvoir de résolution passe aux mains des parties extérieures. Ceci est capital parce que différents relations et modèles de communication sont établis à droite du point C par rapport à sa gauche. A droite du point C la communication est entre les parties et le décideur de la partie tierce. Chaque partie présente son cas le plus possible au détriment de l’autre partie. L’information est retenue et il n’y a pas de solutions bénéfiques possibles pour toutes les parties.

A gauche du point C, les parties sont assistées pour communiquer directement ensemble, posent ensemble un diagnostic du problème, créent des alternatives, et parviennent à des accords.

QUESTION 8

Quelle est l’approche la plus convenable pour les conflits de la GIZC?

BackForward