Module de planification

 

Pratique – Outils – Le développement et le choix d’alternatives

Après la phase d’investigation et de définition, un certain nombre d’alternatives seront listées et examinées (peut être de nouvelles). Les alternatives les plus prometteuses seront ainsi selectionnées pour s’attaquer au problème. Il est important que des éléments d’information pertinents puissent être rassemblés, comparés et examinés les uns par rapport aux autres.

Pour arriver à cela, une information d’ensemble équivalente et comparable sur chaque alternative doit être disponible. L’accent sera mis sur 'où?' et 'quoi?'.

Le système d’aide à la décision est un terme utilisé pour renvoyer à des outils spécifiquement conçus pour aider les décideurs dans le processus de prise de décision. Un SAD doit contenir –ou au moins être en mesure d’accéder- aux éléments suivants:

  1. Les éléments qui manipulent l’information sur le système:
    • Bases de données; contenant des informations factuelles, des informations historiques et actuelles sur le système
    • Modèles numeriques; générant une infrmation nouvelle sur le système
    • Des outils d’application; présentant et comparant l’information dans différents formats, selon les conditions de la politique
  2. Des éléments d’interface qui aide l’utilisateur à accéder et manipuler les éléments d’information:
    • Présentation de l’information
    • Conseils de questions à réponses

Concevoir un SAD pour la GIZC devrait être fait en tenant compte du fait que la décision est prise dans un contexte de grande incertitude, à cause de l’échelle temps et de la complexité du système. Les SAD sont nécessaires lorsqu’ils permettent de travailler sur des échelles de temps importantes et de grandes incertitudes. L’analyse ne pourrait être faite, et n’est parfois nécessaire qu’au niveau "de la portée et de la sélection". Souvent les décideurs au niveau de la planification n’ont besoin que de ce type de résultats. Les modèles déterminstes détaillés deviennent inopportuns et prennent beaucoup de temps mais ils sont nécessaires pour pour donner une aperçu sur les différents processus (physiques, écologiques, socio-économiques, institutionnels, etc.). L’aperçu et/ou les paramètres et les tendances qui en découlent sont utilisés dans d’autres comcepts de modélisation qui donnent instantnémment des résultats (l’approximation linéaire, la modélisation analytique basée sur les états quasi-constants ou les modèles flous). Les résultats peuvent avoir un caractère prévisionnel (évaluation d’impact) ou le caractère de présentation de 'l’état du système' (utilisant les concepts ci-dessus pour tirer des valeurs pour les indicateurs sélectionnés pour la prise de décsision à partir des données disponibles).

Le SAD ne peut pas comporter toutes les questions. Lorsque l’inclusion de plus de questions conduit à plus d’incertitude sur le calcul de l’effet et un processus d’évaluation difficile, il faut faire un choix entre l’étendu ou la portée du SAD et sa précision.

La sélection des questions devrait être basée sur le plus de contact possibles avec les parties. Dans une étape ultérieure, on pourrait ajouter des questions (encore).La conception d’un SAD pour la GIZC est donc cyclique aussi.

La notion de 'Zones côtières' détermine le type de questions auxquelles doit répondre le SAD. Par conséquent ça limite la portée des bases de données, des modèles et outils, aussi bien que (la conception de) l’interface.

Pour bâtir un SAD fonctionnel, le développeur doit s’assurer que les deux élements mentionnés ci-dessus, rejoignent:

  1. Les éléments d’information, ex: 'l’approvisionnement' ou 'les éléments de base-sommet'. C’est l’inventaire et la disponibilité des données et modèles
  2. Le soutien à l’utilisateur, ex: le côté 'question' la partie 'haut-bas' Ceci nécessite un inventaire minutieux des types de questions auxquelles doit répondre le SAD; sur la base d’une étude du processus de prise de décision.

L’action est mis sur le développement de politique et la construction du consensus. Les caractéristiques et les applications sont:

  • Montrer l’interaction entre les données et la perception des utilisateurs
  • Les relations avec le modèle de simulation
  • Conçus pour soutenir le processus politique participatif
  • Outils éducatifs

Certains exemples de ces outils sont :

  • COSMO (Modèl de simulation la zone côtière)
  • COSMOBIO (modèl de simulation de la biodiversité en zone côtière)
  • RAMCO (Module d’évaluation rapide pour zones côtières)
  • The Nijhum Dwip DSS
  • WADBOS (Système d’aide au développement de politique pour la mer de Wadden)


Figure 3-4 Ce système d’aide à la décision vous aide à batir des scénarios et comparer leurs conséquences. Pour se faire, le SAD est basé sur de grandes bases de données

 

 

 

 


Figure 3-5 COSMO-BIO est un SAD pour la gestion côtière

BackForward