Les méthodes monétaires

Le B/C est le ratio de la valeur présente des bénéfices et des coûts (escompté pour la même taux d’escompte). Les alternatives qui ont un ratio B/C plus grand que 1 sont considérées comme rentables.

Le IRR, est le taux d’escompte auquel les bénéfices escomptés sont égaux aux coûts escomptés. La décision sur la rentabilité est basée sur la comparaison de l’IRR avec le taux minimum d’intérêt (un choix politique).

Les coûts et bénéfices des alternatives sont comparés avec la situation de référence (dans la plupart des cas la situation zéro). Pour évaluer ceci en argent, on peut utiliser les modèles économiques de prévision. Il est, cependant, difficile d’estimer d’une manière satisfaisante les bénéfices. Certains bénéfices ne peuvent être exprimés en argent et seront donc décrits qualitativement. Les valeurs de tels bénéfices sont indiquées dans la vue d’ensemble des effets comme PM. Dans de tels cas, la vue d’ensemble des effets ne donne pas une indication complète sur les effets, pour qu’un classement équivoque des alternatives ne puisse être obtenu.

Une méthode monétaire particulière est l’analyse coût - efficacité, qui pourrait être utilisée pour identifier l’alternative qui

L’analyse coût - efficacité ne peut pas être utilisée pour indiquer la rentabilité des alternatives ; uniquement pour le classement.

En traduisant les valeurs non monétaires en par exemple des réserves naturelles, on remplace parfois les valeurs. On devrait répondre à des questions comme : "combien voudrait-on faire payer (la société) pour maintenir la réserve naturelle ou en créer une nouvelle".